la taille-douce : Une technique séculaire

La taille-douce désigne un procédé de gravure en creux sur une plaque de métal. Des creux, souvent microscopiques, sont créés sur la plaque. La taille douce s’oppose à la taille d’épargne. Dans la première, l’encre se dépose dans les creux, tandis que dans la seconde, l’encre est appliquée en surface.

La plaque est recouverte d’encre et ce plusieurs fois, avec un coup de main propre au Taille-doucier. Ensuite, l’encre en excès est essuyée, au chiffon puis à la main. Pour ce faire on utilise une mousseline de coton à tissage très lâche appelée tarlatane. Puis c’est le « paumage », la finition à la paume de la main. Ainsi les rainures restent remplies d’encre.

Taille douce une presse moderne
Une presse à taille douce moderne de chez ZAUGG Frères S.A. cette presse est réservée aux petits formats.

L’impression de la plaque de métal se fait sur une presse à taille-douce. Le papier (après une étape d’humidification) est posé et aligné sur la plaque puis pressé contre la plaque par la presse avec un rouleau très lourd. Puis le papier est retiré, l’encre présente dans les creux a été transférée sur le papier. Certaines œuvres nécessitent plusieurs encrages différents et donc plusieurs passages à la presse.

la taille-douce : Définition et types de procédés

Initialement, la taille-douce fait référence à la gravure au burin, utilisée notamment par les orfèvres. Elle  s’est ensuite vue désigner tous les procédés de gravure en creux sur métal. En raison de la prédominance des plaques de cuivre dans la taille-douce, le terme de chalcographie (gravure sur cuivre) est occulté.

Taille douce, les burins
Le burin est utilisé en poussant. Contrairement aux pointes sèches qui s utilisent comme un stylo.

 

Les procédés de gravure en taille-douce se pratiquent également sur d’autres métaux, tels que le zinc ou le laiton. Les techniques sont généralement divisées en deux catégories :

  • La taille directe quand l’artiste grave directement la plaque de métal. C’est le cas de  gravure au burin, gravure à la pointe sèche, pointillé, roulette, manière noire.
  • La taille indirecte, lorsque la gravure résulte de la morsure d’une solution chimique. Par exemple l’eau-forte, gravure au lavis, aquatinte, vernis mou, manière de crayon.

la taille-douce : Applications industrielles

La grande précision de dessin permise par la taille-douce l’a notamment destiné à la fabrication de billets de banque et de timbres postaux.

L’impression d’un billet de banque, le graveur réalise le dessin à reproduire à l’envers sur un poinçon de métal doux. Après d’éventuelles retouches, le graveur va durcir le poinçon. Pour l’acier, le poinçon subit un processus de trempage (élévation de la température puis refroidissement brutal). L’impression est ensuite réalisée avec une presse à taille-douce.

Taille-douce, impression de billets de banque.
Les presses d impression de billets de banque utilisent des matrices réalisées en taille douce.

Pour les timbres postaux, le poinçon est reproduit pour composer une matrice, permettant d’imprimer une feuille complète de timbres. Après que les poinçons obtenus ont durci, ils permettent de reproduire des dizaines de poinçons qui seront organisés en planches ou en cylindres. Une fois ces derniers confectionnés, l’impression peut commencer.

Les poinçons en métal s’usent progressivement. Il arrive que l’usure d’une planche de poinçons ne soit pas remarquée et que des défauts s’impriment sur la planche finale. Les philatélistes parlent de « variétés » et de « types » pour désigner des timbres légèrement différents des autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *