Marie-Claire d’Armagnac, un grand coup de cœur

une peinture inclassable

Parmi les artistes que je me plais à collectionner, je dois aussi citer Marie-Claire d’Armagnac. Loin des écoles et des mouvements son univers onirique est unique et sa peinture apaisante.

un parcours singulier

Un diplôme et un concours, la dirigent tout droit vers le fonctionnariat. Elle démissionne très vite. D’autres horizons l’attirent…

Depuis sa plus tendre enfance, elle s’isole dans sa chambre et passe des heures à dessiner. Déjà, elle s’invente un monde en s’évadant dans les nuages… couchée face à la mer, au Cap d’Antibes.

Et Victor, son beau-père, lui dit souvent «  Tu seras peintre je le sais ! »…

A 10 ans, son premier vrai tableau plait à Victor… il le présente dans une galerie d’Antibes, qui s’en porte acquéreur!  Alors, elle suit dans sa ville des cours de dessin et peinture et se découvre une passion pour l’Histoire de l’Art.

En 1972 son installation dans le Gers, terre natale de son époux est une seconde naissance. Cette région la fascine et c’est loin des mirages de la Côte d’Azur, qu’elle se révèle à une autre vie plus intérieure et vraie…

une œuvre riche d’émotions

Coloriste, visionnaire et onirique, elle oscille en permanence entre douceur et violence.
Dans ses veines coule ce sang corse qui ne saurait mentir et traduit déjà ses émotions dans les couleurs flamboyantes de certaines de ses œuvres.

On ne regarde pas une toile de Marie-Claire : c’est elle qui vous regarde.

En effet, dans ses œuvres, il y a d’abord des regards, et ces regards nous interpellent… Il y a aussi l’amour, un amour qui se dégage avec force, Mais surtout il y a ce que vous voulez y voir tant elle ouvre de nombreuses portes…

Marie Claire d'Armagnac lors d'un vernissage en 2010
Marie-Claire d’Armagnac devant une de ses œuvres à l’occasion d’une exposition dans le Gers.

Question : dans quelle perspective technique travaillez-vous ?

« Tout d’abord dans le défi que je me lance et qu’il faut que je relève pour chaque toile.
Ce défi, tout empreint d’onirisme et de lyrisme, prend corps dans la forme, la couleur… en recherche de lumière pour la Lumière, tel un véritable parcours initiatique.
Sur ce chemin pictural et philosophique, faire en sorte que tout se transforme… Alors, du chaos des origines se profile peu à peu cet univers particulier, étrange et vaporeux, dans lequel plonge mon inconscient  … »

Marie Claire d'Armagnac "Nos yeux aux clartés éternelles"

Pour tout savoir sur Marie-Claire d’Armagnac rendez vous sur son site internet

2 réactions sur “ Marie-Claire d’Armagnac, un grand coup de cœur ”

  1. Marie-Claire D'ARMAGNAC Réponse

    Je découvre avec bonheur ce magnifique site dédié à l’œuvre de Claude Weisbuch.
    C’est dans l’une de mes expositions que j’ai rencontré Marc Saint-Martin, interdit devant l’une de mes toiles.
    Une rencontre qui marque.
    Lorsqu’un jour, j’ai découvert sa collection de Weisbuch, je fus impressionnée et le reste toujours, devant la passion qui anime ce collectionneur avisé, vraiment « fou de Weisbuch », j’en témoigne !
    Estampes, gravures, eaux fortes, cuivres, épreuves d’artiste, bibliothèque fournie et bien d’autres choses encore…
    L’écouter en parler est fascinant !
    Ce site admirablement réalisé ne pouvait que concrétiser cette admiration et mettre en lumière la collection émanant d’un artiste hors du commun.

    Alors (et je suis émue, d’écrire cela) être présentée sur ce site prestigieux dans «Le grand coup de cœur» est une énorme et belle surprise.
    J’en éprouve une joie immense avec toute ma reconnaissance à Marc Saint-Martin qui m’a fait l’honneur de porter son regard sur mon œuvre.
    Qu’il en soit ici remercié, avec mes sincères salutations et toutes mes félicitations pour ce site.
    Marie-Claire D’ARMAGNAC

    • Marc Saint-Martin Auteur ArticleRéponse

      Merci Marie-Claire pour cette apologie de l’œuvre de Claude Weisbuch.
      Il est temps que je fasse partager un peu plus ma collection avec, je l’espère, beaucoup d’autres « fous de W. » ! Qui sait ce que je vais découvrir…
      Bonne continuation à vous aussi qui placez le rêve au dessus de la réalité et quand on sait que quelques grands rêveurs ont concrètement changé le monde ! …
      Je pense en particulier à Einstein et au physicien et écrivain-poète Alan Lightman (livre Einstein’s Dreams); il s’agit d’histoires fictives imaginées par Albert Einstein en 1905, alors qu’il travaillait dans un bureau de brevet en Suisse; en raccourci leurs conclusions sont : être attentif à ses rêves, analyser ses rêves pour les comprendre, encourager les moments de rêverie, observer davantage, combiner la fantaisie artistique et la précision poétique à la rigueur scientifique et sur un thème donné, poser mille questions.
      Et pour chaque élément de réponse, élaborer un court scénario en recherchant la simplicité; à la fin de l’exercice, l’histoire doit pratiquement tenir en un titre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *