C’est quoi la gravure ?

La gravure est une technique artistique pour produire une image ou un texte. Le principe consiste à inciser ou à creuser une matrice à l’aide d’un outil ou d’un acide. Cette plaque, après encrage, est imprimée sur un support qui est généralement du papier.

L’œuvre obtenue s’appelle une estampe. Par abus de langage, « gravure », « estampe » et « tirage » sont souvent confondus.

Le mot gravure est indissociable de l’œuvre de claude Weisbuch

Claude Weisbuch était un artiste pluridisciplinaire, mais il était avant tout un « graveur d’art ». Il a d’ailleurs enseigné ces techniques à l’Ecole des Beaux-Arts de Nancy.

Gravure d'une plaque
Claude Weisbuch au travail dans son atelier. Il est en train de graver une plaque de cuivre avec une pointe sèche.

Weisbuch a principalement utilisé la taille-douce et la lithographie. Ses outils favoris sont la pointe sèche, la roulette, le burin et les mordants.

La taille-douce

La taille-douce, se pratique le plus souvent sur du cuivre. Contrairement à la taille d’épargne, l’encre va se déposer dans les creux gravés par l’artiste. L’impression de la plaque se fait sur une presse à taille-douce.

La taille d’épargne

On parle de taille d’épargne, ou « gravure en relief » lorsque le support est creusé partout où l’impression ne doit pas avoir d’effet; le dessin seul est conservé au niveau initial de la surface de la planche, il est dit « épargné ».
Cette technique est employée pour la gravure sur bois, la gravure en criblé  et la linogravure.

La gravure à plat

Certains auteurs ajoutent la gravure à plat (ou impression à plat, ou planographie) aux deux précédentes catégories. C’est le cas de la lithographie ou du monotype qui ne nécessitent pas de reliefs, et ne sont donc pas des « gravures » au sens strict du terme mais souvent assimilés comme tels. Cependant, la première forme de la lithographie, inventée, à partir de 1796, était une technique d’impression basée sur une très faible hauteur de relief.

Des techniques diverses

Ces trois procédés utilisent essentiellement deux techniques. Un outil comme le burin ou la pointe sèche pour la première et pour la deuxième, une solution, appelée « mordant », qui va altérer la surface.

L’eau-forte, la gravure au lavis, l’aquatinte, la gravure au sucre, la manière de crayon, le vernis mou.

Les sociétés de graveurs.

Dès 1802 la « Society of Engravers, » est fondée à Londres. En 1862 il sera créé en France, la  Société des aquafortistes,

Clause Weisbuch était membre de La Société des peintres-graveurs français qui fut créée en 1889. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *